#

Dans la frénésie de chiffres qui illustrent, depuis 2005, la croissance démographique suisse, il en est un qui est passé complètement inaperçu: celui de la population habitant la Suisse romande. Or, il apparaît, au vu de l'examen des données de la population permanente à fin 2013, publiés par l'OFS en septembre 2014, que la Suisse romande a passé la barre des deux millions d'habitants.

Territorialement, la Suisse romande, soit la fraction du pays où le français constitue la langue officielle des communes concernées, se décrit comme suit:

- L'ensemble des cantons de Genève, Vaud et Neuchâtel;

- En Valais, les régions constitutionnelles du Valais Central et du Bas-Valais;

- Le Canton de Fribourg à l'exception du district de la Singine, de la majorité de celui du Lac et d'une commune gruérienne. En effet, huit communes fribourgeoises sont d'une autre majorité linguistique que leur district: sept francophones dans le Lac: Bas-Vully, Haut-Vully, Villarepos, Wallendied, Cressier, Misery-Courtion, Courtepin (moins la fraction de Courtaman) et Barberêche, et une alémanique en Gruyère: Jaun;

- Le Canton du Jura à l'exception de la commune d'Ederswiler;

- L'arrondissement bernois du Jura Bernois à l'exception des communes de Mont-Tramelan, Rebévelier, Schelten et Seehof. En sus, la ville de Bienne dans le Canton de Berne est officiellement bilingue et elle abrite une considérable population francophone.

A l'examen des chiffres arrêtés au 31 décembre 2013, on apprend que la Suisse romande telle que nous venons de la définir comptait une population résidante permanente s'élevant alors à 1'995'956 personnes, auxquelles il faut encore ajouter la population romande de Bienne, que nous estimons sur 2010-2012 à 15'326 personnes, soit un total romand au 31 décembre 2013 s'élevant à 2'011'282 personnes.

La comparaison avec les données de fin 2012 montre que la Suisse romande a gagné 35'155 habitants durant l'année 2013, ce qui signifie qu'en englobant les romands de Bienne, dont la population romande évolue peu, le cap des 2 millions d'habitants a probablement été franchi durant le mois de septembre 2013. Dans son acception territoriale stricte, donc sans la ville de Bienne, la Suisse Romande a probablement passé la barre des deux millions d'habitants très tôt dans l'année, durant le mois de février 2014.

La croissance romande en 2013 était la plus forte du pays, avec un taux de croissance annuel de 1,79%, contre une moyenne nationale de 1,25% (1,05% en Suisse alémanique et 1,40% en Suisse italienne). A l'inverse des autres régions lingusitiques du pays, toutes les régions de Suisse romande étaient en croissance, quoiqu'à des taux assez divers. Le record de croissance est atteint dans les régions périurbaines situées entre Lausanne et Fribourg, avec un record de 3,83% en Haute-Broye (régions de Romont, Moudon et Oron), suivie du Gros-de-Vaud, de la Basse-Broye et de la Gruyère. A l'inverse, l'arc jurassien croît moins que le reste de la Suisse romande, avec un record minimal en Ajoie (en croissance tout de même de 0,57%), devant quatre autres régions de l'arc jurassien (Val-de-Travers, Franches-Montagnes, Chasseral et Neuchâtel). A noter tout de même qu'à Neuchâtel la croissance a été supérieure à 1%, et que vingt régions du pays sur 111 au total connaissent une croissance inférieure à celle de l'Ajoie, dont sept ont connu une perte de population, notamment dans les Grisons. A l'inverse, les sept régions à plus forte croissance du pays se situent en Suisse romande.

La Suisse romande compte plus de deux millions d'habitants. Qu'on se le dise!

Source : Statistique de l'hébergement touristique, OFS & MicroGIS


© MicroGIS 2017 Tous droits réservés