#
  • Home
  • A PROPOS
  • NEWS
  • 17,0% de la parfumerie se trouve sous pression directe de la concurrence transfrontalière

#

La Suisse est un petit pays où la population est fortement concentrée dans la moitié nord, à proximité plus ou moins immédiate des frontières nationales. De ce fait, une partie importante de la population a la possibilité au moins théorique d'aller effectuer tout ou partie de ses courses à l'étranger, un phénomène, le "tourisme d'achat", qui s'est fortement accru en 2015 suite à l'abrogation du taux plancher entre le franc suisse et l'euro, et l'envolée du cours du premier par rapport au second. Mais qu'en est-il dans les faits?

Prenons l'exemple d'un type de produit particulièrement sensible au tourisme d'achat, parce que cher, non périssable, facile à transporter et à stocker: les produits cosmétiques. Chaque année, les suisses dépensent environ 2 milliards de francs dans l'achat de ces produits. Or, il s'avère que 17% environ de ces dépenses peuvent être effectuées par des ménages dont l'incitation à se rendre dans des centres situés au-delà de la frontière suisse est forte. En d'autres termes, un ménage suisse sur six est situé à proximité immédiate d'un centre commercial transfrontalier - pour ce ménage, la tentation de profiter de l'effet de change est donc très fort.

Il existe de très grandes disparités territoriales vis-à-vis de ce phénomène: les régions latines (26% des ménages en Suisse romande, 24% en Suisse italienne) sont beaucoup plus fortement impactées que la Suisse alémanique (13% des ménages), qui est plus interne d'une part, et dont les régions transfrontalières sont en moyenne moins intéressantes. L'effet est encore beaucoup plus fort dans certains régions; Dans l'aire de vie de Genève, 82% des ménages vivent à proximité immédiate d'un centre commercial français; dans celle de Bâle, le chiffre est de 69%. A elles deux, ces deux régions regroupent plus de la moitié des ménages impactés en Suisse. Des régions significativement impactées se retrouvent encoree au Tessin, particulièrement le Sottoceneri, et, en Suisse alémanique, dans la région de Schaffhouse, de Kreuzlingen (en face de Constance) et dans le Rheintal saint-gallois, frontalier de l'Autriche et du Liechtenstein. A l'inverse, les aires de vie de Berne, de Suisse centrale, de l'Oberland-Haut Valais ne sont pratiquement pas impactées, celle des pays de l'Aar et de Lausanne de manière marginale seulement: le Lac Léman représente de ce point de vue une formidable barrière.

Sources : MicroGIS, OFS


© MicroGIS 2017 Tous droits réservés