#

Au 1er juin 2014, on comptait en moyenne un peu plus d’un logement vacant pour 100 logements existants en Suisse. Ce taux n’avait plus dépassé 1% depuis 2007. Si cette évolution montre les signes d’une détente du marché du logement, on est encore loin d’une situation d’équilibre, admise comme telle lorsque le taux de vacance atteint 1.5%. Ce cas de figure ne s’est plus produit depuis 2000.

Le nombre de logements vacants a augmenté de façon importante par rapport aux années précédentes (45'748 unités en 2013) et touche plus particulièrement les constructions récentes. Dans le marché de la vente, on compte 19% de logements vacants de plus qu’en 2013. Dans le même temps, le nombre de logements neufs vacants a augmenté dans les mêmes proportions (21%). On perçoit ici les premiers effets du durcissement des conditions d’octroi des crédits hypothécaires sur l’accès à la propriété, notamment les nouvelles restrictions sur le 2ème pilier pour constituer les fonds propres, alors que les prix de l’immobilier restent élevés.

Cela dit, la situation varie considérablement dans le territoire. On observe des taux inférieurs à 0.5% dans les zones urbaines de Lausanne, Zurich, Bâle et Genève, où les logements libres sont rapidement occupés tant la demande est forte. Le marché du logement est également tendu dans les lieux de résidence périurbains bénéficiant d’un cadre agréable et d’une bonne accessibilité aux centres, comme dans la couronne lausannoise, à Küssnacht (SZ) ou à Sissach (BL). Dans les districts tessinois de Vallemaggia et Riviera, l’offre est proportionnellement faible, du fait du manque de dynamisme dans la construction et de loyers élevés à cause du tourisme.

A l’inverse, on note des taux de vacance supérieurs à la moyenne suisse dans le Jura, le Jura bernois, les montagnes neuchâteloises, les cantons de Soleure, d’Argovie, du Valais (à l’exception du Haut-Valais) ainsi qu’en Suisse orientale (sauf quelques districts grisons et st-gallois). Ces régions plus périphériques sont moins attractives pour s’y installer durablement, à tel point que l’offre est assez nettement supérieure à la demande, même à des loyers très abordables.

Source : OFS & OFL & MicroGIS


© MicroGIS 2017 Tous droits réservés